Coup de Pub 5 – Sortie de So long, Alice !

Vous n’êtes jamais au courant de rien ? 
Il vous arrive régulièrement de rater la sortie de romans que vous attendiez tant ? Ou de ne pas faire attention à ceux des nouveaux auteurs ?
Avec les « Coups de Pub », vous aurez toujours un coup d’avance ! 

 

 

Sortie de So long, Alice

Aujourd’hui

25 juin

en version papier

35882185_186999408808507_5979190342614777856_n

 

Après

« La peur » (Genre : tranche de vie),

nouvelle primée au concours de la librairie Cosmopolite d’Angoulême en juin 2017 et publiée sur Short édition,

 

« La Belle endormie » (genre : histoire locale),

publiée dans le magazine l’Officiel du Béarn en 2017,

 

et « Les chemins d’Hermès, tome 1 : Le peuple du Nid » (Genre : Anticipation) 

paru aux éditions Astobelarra

(les deux premiers chapitres offerts)

26230456_1998504557083857_5675531757429452984_n

 

 

 

Voici So long, Alice

Couverture So Long Alice

 

 

Roman Young adult, conte contemporain

réécriture moderne d’Alice au pays des merveilles

 

De Constance Dufort

 Aux Editions Nouvelle Bibliothèque

 

 

Alice est lancée sur les traces de son frère,

et, au rythme de ses chansons préférées,

parcourt New York et Central Park à sa recherche…

 

La vie n’est-elle pas toujours recherche de quelqu’un ?

Pour Alice,

c’est celle de ce frère parti à New York en ne laissant derrière lui qu’un petit carnet plein de notes et de croquis…

 

Mais réussira-t-elle à le retrouver ?

Ou découvrira-t-elle une autre vérité ?

 

Suivons notre Alice moderne pour le savoir !

D’étranges rencontres nous attendent en chemin…

 

 

Le trailer vidéo ∼

Retrouver la vidéo trailer de So long, Alice réalisée par les Editions Nouvelle Bibliothèque !

 

Le résumé, l’auteur ∼

34488455_2134040826624892_2316442099441991680_n

Octobre 2010.

Alice, fraîchement débarquée de son Greyhound, cherche son frère dans Manhattan, rivée à son lecteur MP3. Il ne lui reste que cela de sa vie d’avant : Pearl Jam, Jeff Buckley, David Bowie et tous les autres. Ça, et l’arrogance de ses 14 ans. Jefferson est ici et elle le trouvera, quitte à dormir dans Central Park au cœur de l’automne. Pour s’orienter elle n’utilise pas les étoiles : sa carte, c’est le carnet noir que Jefferson lui a laissé, un beau soir, en filant. Il la conduira à lui et elle pourra lui dire le fond de sa pensée. On n’abandonne pas sa sœur adorée sans crier gare ! Déambulant au rythme de ses chansons favorites, Alice va faire et refaire le parcours qu’elle a découvert dans le carnet. Son frère l’attend au bout de cette chasse au trésor, elle en est persuadée. Une rencontre aussi fortuite que désagréable va pourtant bouleverser ses plans : qui est cette vieille harpie endimanchée au chat teigneux, gesticulant devant le chapelier fou de bronze? Et cet étrange majordome qui la talonne, Alice est persuadée de le connaître… et va aller de surprise en surprise, bouleversant sa trajectoire pourtant bien tracée.

 

Constance Dufort

Je suis née en 1977, je vis dans le sud ouest. J’ai fait des études d’histoire de l’art et plusieurs voyages aux USA. J’ai une passion pour l’Écosse, les deux pays se tirent impitoyablement la bourre dans mon cœur. Pendant 17 ans, j’ai travaillé dans l’insertion et depuis 1 an maintenant, je me consacre à ma passion : raconter des histoires aux petits et aux grands. Je suis aussi prof de Yoga. J’ai deux garçons et j’adore le cinéma, d’où les références dans So long, Alice !

 

Les thèmes ∼

Amour filial
Amitié
Musique rock et cinéma des années 50
New York
Central Park et 5ème avenue
Fable contemporaine

 

Le début ∼

New York, fin novembre 2010

Le front collé à la vitre sale du bus, Alice contemplait le soleil levant, timide halo sur l’horizon. A ses côtés, son accompagnateur dormait encore en ronflant doucement. Ballotée par les soubresauts du Greyhound lancé à pleine vitesse, elle avait réussi à somnoler quelques heures. Elle se sentait déjà froissée, salie de la nuit passée assise, à slalomer entre les mauvais rêves.

 

Les anecdotes ∼

 alice-in-wonderland.jpg
  1. J’ai découvert la statue d’Alice aux Pays des Merveilles dans Central Park lors de mon premier voyage à New York à 22 ans. J’ai longtemps gardé la photo agrandie de la statue dans ma chambre d’étudiante, puis dans mon appartement de jeune adulte. Elle faisait partie de ma vie quotidienne et de mon imaginaire. C’est autour d’elle que j’ai voulu écrire l’histoire de mon Alice moderne.
  2. Alice de Lewis Carroll est loin d’être mon personnage de conte préféré même si elle représente parfaitement son époque. J’ai eu envie de lui donner un coup de jeunesse et d’impertinence. Elle a pourtant été ma principale source d’inspiration pour mon roman et j’ai pris beaucoup de plaisir à passer du temps avec elle. Le paradoxe de l’auteur !
  3. J’ai écrit le roman allongée : clouée au lit par une opération bénigne mais handicapante. Une drôle d’expérience ! 

 433944-Kycb.jpg

 

Des extraits ∼

Le paysage sous ses yeux n’avait plus rien à voir avec son Niagara Falls natal. Des toiles d’araignées de highways enchevêtrées l’avaient remplacé, et au loin, elle devinait la Grosse Pomme. On n’en distinguait que le reflet cuivré des premiers rayons de soleil ricochant sur la skyline de Manhattan. Le souffle court, elle s’absorba dans ce spectacle grandiose et pressa distraitement le bouton de son lecteur MP3.

La voix familière de Jeff Buckley emplit l’espace, à la fois déchirante et rassurante : Alice lança l’album « Grace » sans trop y songer.

Sa berceuse à elle, sa madeleine de Proust.

Jefferson avait composé cette playlist juste pour elle. Serrant sa main sur son lecteur, elle se laissa bercer par le flot de la circulation et choisit d’ignorer les gémissements de son estomac. Les taxis jaunes déboulaient à vive-allure, scotchant le bus loin derrière eux. Tous ponctuaient leur fulgurant passage d’un coup de klaxon hystérique.

 

26219706_1999917056942607_7556641270424991341_n

 

Le repas était fini depuis belle lurette et la voix haut perchée de Vieille Peau couvrait les chants de Noël. L’adolescente se demandait lequel de ces deux sons écorchait le plus ses oreilles. En finir avec cette soirée et aller se coucher, vite !

— Vous ai-je déjà raconté l’incident de la robe rouge ?

Grace se faisait prier. Une lueur mutine illuminait son regard d’ordinaire si froid . Elle attendait le rappel. Mamé, bon public, battit des mains avec ferveur :

— La robe rouge ! Oh, Madame, régalez-nous encore de vos souvenirs de tournage.

— Ah non, minauda Vieille Peau en agitant un doigt embagousé, il s’agit de bien pire que cela. Une anecdote off…

— Non ?

Mamé était aux anges. Les yeux de Steed glissaient de l’une à l’autre avec concentration, comme s’il surveillait le bon déroulement d’une représentation à guichet fermé au Carnegie Hall :

— Un jour, elle a débarqué dans ma loge…

— La blonde ? s’enquit Mamé en se penchant avec un air de conspiratrice ravie.

— La peroxydée, oui, et ses battements de paupières horripilants. Elle voulait m’emprunter ma robe rouge, celle qui avait été cousue sur moi.

Mamé émit un claquement de langue réprobateur tout en secouant la tête.

— JFK l’avait suppliée de me la réclamer, il était fou des reflets carmin du velours, et blablabla…

Avec un mouliné dédaigneux de la main, Grace leva les yeux au ciel. La blonde peroxydée, JFK, il ne pouvait s’agir que de Marilyn Monroe. Alice se pencha plus en avant malgré elle, posa ses coudes sur la table.

— Qu’avez-vous fait ? demanda Mamé, le souffle court, vous ne lui avez pas cédé votre plus belle tenue de soirée tout de même ?

— Oh que si !

— Oh ! s’écria la cuisinière en joignant les mains, mais pourquoi ?

— Parce que la dinde n’avait fait que chouiner pour son amour de Président absent et se goinfrer en lot de consolation sur le tournage ! Que croyez-vous qu’il advint ?

Grace de Montalenvère souriait maintenant, carnassière :

— La couture a cédé, des omoplates à la naissance des fesses, dès qu’elle a traversé le plateau et croyez-moi, Mamé, ce n’était pas joli-joli.

— Quelle humiliation… souffla la cuisinière avec compassion.

— Ma plus belle revanche, opina Grace avec fierté, et savez-vous ce que son assistante fit pour…

Si la méchanceté sous-jacente de Vieille Peau était belle et bien là, ses traits s’animaient d’une toute autre énergie à l’évocation de son glorieux passé.

 

Les retours ∼

Avis de Les mille et une page de LM lien vers la chronique BLOG

« Il y a un certain mystère, que je dirais presque magique qui vient se greffer à l’histoire. J’ai adoré cette partie du livre.

 Alice, adolescente, part à la recherche de son frère. Ayant trouvé un carnet, avec des notes et des dessins que celui-ci a laissé, celle-ci s’imagine que c’est un message pour pouvoir le retrouver. Elle fugue donc de la maison et part à sa recherche dans la ville de New-York.
Mais sa quête ne va pas comme elle le voudrait, les indices laissés, ne mènent nulle part.

Nous sommes très loin de nous imaginer tout ce qui va s’ensuivre, pour Alice qui est toujours à la recherche de son frère, mais dont les ressources commencent vraiment à manquer, y arrivera-t-elle ? Vivre dans la rue, sous la pluie, n’est pas pour l’aider, mais c’est sans compter sur qui, la vie mettra sur son chemin ? 

Une plume très habile, descriptive qui nous fait sentir comme si nous étions en plein milieu de Central Park nous aussi.«  

Avis d’Evasions littéraires  lien vers la chronique BLOG

« Voilà un roman qui devrait plaire aux adolescents. Cette histoire nous plonge dans le quotidien d’Alice qui a quitté son domicile pour retrouver son frère.

C’est une belle leçon de vie que nous livre Alice et les protagonistes qu’elle rencontre, car tous sont à la recherche de quelque chose et ils font tout pour pouvoir l’obtenir. J’ai adoré les découvrir et surtout en apprendre plus au compte goutte sur leurs réelles intentions. Je me suis posé beaucoup de questions et j’ai eu du mal à entrevoir ce qui nous attendait. Les révélations sont intéressantes et amènent une touche supplémentaire à ce roman déjà bien prenant au niveau des émotions. 

En bref, pas de lapin blanc ici, mais une Alice qui vivra des aventures tout aussi mouvementées et passionnantes que son homologue. «  

Avis de Et tu lis encore Emma Lien vers la chronique BLOG

« Ce roman est dans un genre plutôt Young Adult mais j’ai trouvé qu’il était écrit avec beaucoup de poésie, comme un conte moderne.

Alice a 14 ans et a fugué de sa petite ville natale pour retrouver son frère dans l’immensité de New-York. Malgré tout elle n’est pas démunie, Jefferson lui a laissé une sorte de carte au trésor, elle va donc patienter le temps qu’il faut jusqu’à ce qu’il apparaisse. Elle élit domicile dans Central Park et va bientôt croiser le chemin de personnes plutôt étranges..  

Dès le début je me suis attachée à Alice. Cette adolescente un peu rebelle ne manque ni de courage ni de culot pour se lancer dans pareille aventure. Elle a un sacré caractère, de la répartie et surtout on s’aperçoit au fil de ses confidences qu’elle n’a pas eu une vie facile.

On va de découvertes en révélations entouré de personnages attachants et qui ont tous une petite (énorme !) part de mystère. Pour ma part, j’ai été très émue par la fin. »

Avis de Félicie {lit}… aussi  lien vers la chronique BLOG

« Pour présenter Alice, l’auteur met l’accent sur une personnalité assez solitaire, mature, un peu têtue et un  peu brute.

A 14 ans, on se croit tout permis mais surtout, on pense tout savoir, on est déterminé. A nous le monde ! Son personnage en est tout de même touchant.

La jolie plume de Constance Dufort, nous emporte dans les rues de Manhattan, à la recherche de cet être cher [Jefferson, son frère], ou dans le clan uni d’une famille meurtrie, à la recherche de l’être perdu.

Un savoureux mélange d’un conte moderne alliant drame, poésie, humour, désillusions avec un dénouement tout en bonheur.. pour certains. »

Avis de Satine’s books  lien vers la chronique BLOG

« Le personnage d’Alice porte le roman à elle toute seule.

L’intrigue est très sympathique. Elle est simple mais fonctionne très bien. Les péripéties apportent beaucoup au roman. C’est un roman assez court (environ 150 pages) mais nous n’avons pas le temps de nous ennuyer. La recherche de Jeff est intense et intéressante. En effet, cette recherche va forcer Alice à dormir dans la rue, à trouver des solutions face à ses économies qui fondent comme neige au soleil.

J’ai trouvé le personnage de Grace très atypique. En effet, son côté ronchon, vieille mamie toute aigrie m’a beaucoup plu. Elle forme un couple du tonnerre avec son majordome Steed qui est aussi étrange qu’elle. J’ai trouvé ce duo assez drôle. Il apporte un petit je ne sais quoi en plus au roman. Ainsi, ce roman passe du roman sympathique au roman agréable à lire.

J’ai beaucoup apprécié les descriptions des paysages, surtout celui de Central Park. Je n’ai jamais eu la chance d’aller visiter ce bout de la Terre mais l’auteure nous décrit les choses comme si j’y étais. »

Avis de NostraLectio  lien vers la chronique BLOG

« Poignant est le premier mot qui me vient en tête quand je pense à ce livre.

Nous sommes plongés dans la quête d’Alice, celle de retrouver son frère dans une ville ou elle n’a jamais mis les pieds avec, pour celle indications, un carnet laissé par Jeff où croquis et paroles se mélangent.

Heureusement, Grace, une femme qui dirons-nous est « spéciale » et ses employés la recueilleront et prendront soin d’elle, mais à quel prix ?

Que cache cette femme un peu étrange qu’est Grace ? Alice retrouvera-t-elle son frère ?

Je n’ai même pas plongé, j’ai tout bonnement été immergé dans « So long Alice ».
Les détails, que ce soit sur les lieux, les personnages, les sentiments ressentis sont remarquables, on s’y croirait réellement.

Une intrigue qui tient le lecteur en suspense, pas une seule fois l’auteur n’a démasqué sa fin, jamais je n’aurais deviné tout cela. Une fin époustouflante pour un livre qui l’est tout autant, Constance Dufort n’a pas dévoilé ses cartes ce qui nous offre un moment tenant en haleine pour terminer ce roman.« 

 

 

Vous l’aurez compris, So long, Alice est un conte contemporain plein de poésie et de mystères, où vous attendent des rencontres incongrues et des révélations touchantes…

Alors lancez-vous sans plus attendre à la recherche de Jefferson à travers New York et Central Park aux côtés d’une Alice moderne au caractère bien trempé !

35882185_186999408808507_5979190342614777856_n

 

So long, Alice de Constance Dufort…

à acheter ici…

 

sortie aujourd’hui 25 juin

en version papier !

 

Constance Dufort auteur…

29570581_2042281542706158_3938163761311850008_n

 

Coup de Pub réalisé par Mélodie Ambiehl
Couvertures et vidéos réalisées par les Editions Nouvelle Bibliothèque

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s