Flash Auteur 5 – Joël Macron

Une question, une réponse  : le tout en une seule phrase !
Attention, exercice de concision difficile mais qui permet une rencontre flash et explosive !

 

*********************************************************************************************************
***Règlement ***
N’importe qui peut participer du moment qu’il :
 
* est un auteur ayant déjà publié un livre ou une nouvelle en auto-édition ou en maison d’édition
* choisit entre « FLASH AUTEUR 0 – un livre flashé » ou « FLASH AUTEUR 0 – plusieurs livres flashés »
* me demande le questionnaire (doc word) et me le retourne par MP sur FB ou par mail rempli intitulé « FLASH AUTEUR – son nom »
* répond aux questions en une seule phrase (de la majuscule jusqu’au point = soit une phrase simple, soit une phrase complexe)
* partage au moins un autre Flash Auteur ou une chronique sur son profil ou un groupe FB afin de faire connaître d’autres auteurs (exception pour les auteurs n’ayant pas FB) !
* patiente pour la publication de son Flash Auteur, car les publications des Chroniques Pressées paraissent au rythme d’une parution par semaine avec alternance des menus pour éviter de lasser les lecteurs (de plus, le but du Flash Auteur est de mettre en avant les auteurs et donc de laisser de l’espace à chacun pour avoir sa part de visibilité !)
*********************************************************************************************************

 

 

Il est grand temps d’en savoir plus sur…

 

Joël Macron

*** Questions avant lecture du livre ! ***

 

Je suis très heureuse que JOËL MACRON ait accepté de se prêter à l’exercice difficile de « la réponse en une phrase » et le remercie pour sa participation !

 

37173720_1659933454132160_8657331794334449664_n

Joël Macron,

auteur du roman KILLARNEY 1976

édité aux éditions Nouvelle Bibliothèque

 

***  Flash spécial ***

Retrouvez bientôt Joël Macron à la radio : je vous tiens au courant !

 

 

Joël Macron vu par Joël Macron

 

1. Quel genre d’écrivain es-tu ? En une phrase ou un mot !

Un écrivain hivernal, il me faut les frimas et la chaleur du feu de bois pour trouver le plaisir d’écrire.

2. Comment te vient l’inspiration ? En une phrase !

Un mot, une accroche, une perle de rosée, trois fois rien…

3. Pourquoi est-ce que tu écris ? En une phrase ! (On ne triche pas ! Je surveille)

Surtout parce que cela m’amuse !

4. À quoi servent tes écrits, à ton avis ? En une phrase, toujours !

S’ils doivent servir, c’est avant tout à distraire, à s’évader, à réfléchir aussi mais au fil de l’intrigue, de façon subliminale.

5. Pour quel(s) lecteur(s) ? En une phrase, encore !

Pour un public adulte, ou en âge de comprendre certains cheminements de pensée.

6. Quel est ton auteur favori (roman, théâtre ou poésie) ? En une phrase et un titre d’oeuvre si tu veux !

J’ai adoré les livres de Jean d’Ormesson, que j’admirais beaucoup et dont l’humour me manque.

7. Quel titre de livre t’a le plus marqué ? En un titre et éventuellement quelques mots du pourquoi !

L’appel de la forêt : Merci Jack !

8. Quel est ton personnage préféré tout texte confondu ? Présente-le en une phrase et quelques mots !

La petite fille aux allumettes, dans le conte d’Andersen : j’ai pleuré en lisant le conte, et j’ai fait pleurer mes enfants… c’est terrible, non ?

9. Quel est le mythe que tu préfères ? En une phrase !

Le mythe de la caverne de Platon.

(On en est toujours là, et on regarde les ombres s’agiter, alors que l’on devrait prendre le temps de se retourner pour comprendre.)

10. Complète ce début de citation d’Apollinaire : « Il est grand temps de rallumer… » En quelques mots ou une phrase, au choix !

« Il est grand temps de rallumer » la flamme du désir, du désir et du plaisir de vivre, simplement et modestement.

11. Quelle est ta citation de cœur (qui t’a marquée, qui te définit ou qui te guide pour écrire ?) Là ça peut dépasser une phrase, la faute à l’auteur cité !

« Si tu n’arrives pas à penser, marche ; si tu penses trop marche ; si tu penses mal, marche encore. »

(Giono, citation à retrouver dans mon roman !)

 

37511281_414518299043079_1864878343271219200_n

Tu le sais, je dois repartir… mon pays est au bord de la révolution. Shariati a besoin de moi. Nos visiteurs ont certainement voulu nous avertir, nous mettre en garde contre la folie de notre civilisation… Je ne sais quelles sont leurs intentions exactes, mais je pense qu’ils savent ce qu’ils font.

Tu es le dépositaire de tous ces secrets : je sais que cela t’a semblé impressionnant, et que tu te demandes toujours quoi faire de toutes ces informations : garde-les précieusement, en toi. Garde aussi ce cahier avec tes notes précieuses : il te servira un jour, dans très longtemps.

Je devine ta question en écrivant : mais quand ? 
Voici ma réponse, en persan : زمانی که شما بدانیž 3; ترجمه این عبارت

 

Le titre Killarney 1976 vu par Joël Macron

 

1. Pourquoi ce titre ? En une phrase, on continue !

Oh mon dieu, ce titre a été difficile à trouver ! C’est un titre collectif, fruit de la réflexion d’un groupe de travail chez mon éditeur !

2. Que t’inspire-t-il, à toi ? En une phrase, courage !

Une période de ma vie que je n’oublierai jamais.

3. Qu’aimes-tu dans ce titre ? En une phrase !

Il situe le lieu, le moment du récit, il en dévoile un peu sans trop en dire.

4. Quel lien avec ce que tu racontes ? En une phrase et sans trop en dire bien sûr !

Le récit se déroule à Killarney, en 1976.

5. Si tu devais résumer ton livre en une seule ligne d’horizon à l’image de mes EN UNE LIGNE, que dirais-tu ?

 Killarney 1976 : rencontre, amitié et missions secrètes.

 

 

Listes des personnages principaux

Joël, le narrateur, 20 ans en 1976 ;

Mano,  l’ami iranien si cultivé, si bienveillant, si mystérieux ;

Patsy, Kathy, Tony, Paddy  etc, les amis, principalement irlandais. ;

L’ambassadeur d’Iran

En filigrane apparaissent d’autres personnages contemporains et politiques : Le Shah d’Iran, l’Ayatollah Khomeiny, Ali Shariati, et tous les acteurs politiques de l’époque.

(par Joël Macron)

 

Les personnages de Killarney 1976 vus par Joël Macron

 

1. Les prénoms de tes personnages ont-ils une importance ? En une phrase, toujours !

Mon héros n’aurait pas pu s’appeler autrement !

2. En quoi ? Une phrase, pas plus !

Mes amis s’appelaient ainsi, et même si je leur fais dire ou vivre quelques épisodes imaginaires, je les ai ancrés ainsi dans la réalité.

3. Font-ils passer un message ? Si tu as besoin de rajouter quelque chose à la question précédente, mets-le ici !

Le message principal est la tolérance, ou la bienveillance, auxquels on peut ajouter l’adjectif « lucide ».

4. Qu’est-ce qu’un prénom représente pour toi ? Ton avis personnel en une phrase !

Patsy (diminutif de Patricia) n’aurait pas pu s’appeler Betty, par exemple, car son caractère enjoué, drôle, correspond à mon point de vue à son prénom.

(Je ne veux pas vexer les éventuelles Betty qui ont certainement plein d’autres qualités !).

5. Quel est le personnage de ton roman que tu préfères ? Son nom et une petite présentation de lui en une phrase !

Mano, mon ami iranien.

6. Pourquoi ? Ton explication en une phrase !

C’est un personnage tout en finesse, cultivé, qui nous a toujours considérés avec bienveillance.

7. Celui qui te ressemble ou t’a ressemblé ? En une phrase !

Le narrateur, même s’il s’agit d’une autobiographie fortement romancée.

8. Le personnage que tu aimes le moins de ton roman, s’il y en a un ? En une phrase, on n’oublie pas !

Je n’en ai pas. Comme dans la vie, je pense que les personnages les « moins aimables » sont ceux qui cachent une blessure, ou une fêlure, derrière un aspect rugueux. 

9. À quel personnage de ton roman, selon toi, faudrait-il ressembler ? En une phrase !

Mano m’a impressionné par sa culture littéraire et scientifique ainsi que par ses analyses.

10. À quel personnage ne faudrait-il surtout pas ressembler ? En une phrase !

Je n’en vois pas… j’ai dû croiser aussi des abrutis, je les oublie très vite.

11. Comment as-tu fait naître tes personnages ? En une phrase, oui c’est dur, je sais !

En regardant une bûche se consumer dans la cheminée : bûche qui rougeoie, feu de tourbe, pub en Irlande, et l’arrivée de Mano, un soir de tempête…

12. Quel personnage de ton histoire, pour toi, sera inoubliable ? En une phrase !

J’espère que l’on se souviendra longtemps de Mano.

 

 

L’intrigue en quelques mots

Un jeune professeur assistant de français arrive en Irlande à l’automne 1976. Peu de temps après, il fait la connaissance de Mano, qui est de nationalité iranienne. Personnage cultivé, raffiné, il dévoile peu à peu les raisons mystérieuses de sa présence, et la teneur de ses missions…

(par Joël Macron)

 

L’intrigue de Killarney 1976 vue par Joël Macron

 

1. Est-ce que cette histoire est tirée de choses que tu as vécue ? En une phrase, si possible !

En partie seulement, mais je ne dirai jamais ce qui a été vécu et ce qui a été imaginé : cela doit rester aussi secret et mystérieux que l’intrigue.

2. As-tu imaginé la fin de l’histoire avant d’avoir le début ? En une phrase !

Non, les personnages m’ont entraîné sur des chemins de traverse, bien souvent, et je me suis laissé faire.

3. Est-ce que l’histoire actuelle est similaire à tes premières idées en écrivant le texte ? En une phrase !

Je pense que oui, mais quelle était précisément mon idée première ?

4. Est-ce que tu aimes ta fin ? Explique-nous en une phrase sans trop en dire !

Oui, je l’aime beaucoup, parce qu’elle ouvre le champ des possibles, et maintient le lien avec ce passé déjà lointain.

5. Que faut-il retenir de ton histoire ? En une phrase, c’est important !

Que chaque civilisation apporte sa culture, sa richesse, son savoir, sa façon de penser : il suffit de savoir s’écouter, sans jugements préconçus.

6. Quel message as-tu voulu faire passer ? En une phrase, ça continue !

Que des civilisations pourtant différentes peuvent commettre au nom de la religion ou par dérive totalitaire les mêmes erreurs et les mêmes crimes !

 

 

Le mot de la fin de Joël Macron

En quelques lignes !

 

Pourquoi devrait-on lire ton roman ?

 

Mais parce que j’ai écrit un récit qui va forcément vous intriguer, vous intéresser, et que vous allez vous attacher aux personnages. Mes bêta-lecteurs m’ont dit qu’ils n’avaient pas envie que le livre se termine, ils auraient voulu partager d’autres moments. La frustration n’est-elle pas une preuve du plaisir ? Plaisir de lire, de découvrir, d’imaginer. 

 

Que dirais-tu pour nous le faire ouvrir et lire ?

 

Ouvrez le livre, installez-vous par la pensée près du feu de tourbe, au fond du pub. Paddy vous apporte une bière en vous donnant les dernières nouvelles.

Voilà, vous êtes à Killarney, et vous avez remonté le temps…

 

 

Si Joël Macron vous a convaincus, 

achetez ici son livre Killarney 1976 !

 

 

 

 

C’était Mélodie Ambiehl aux questions et l’auteur JOËL MACRON aux réponses !

Merci à ceux qui ont suivi ce Flash Auteur, 

je vous laisse sur un extrait SPLENDISSIME de la pièce de théâtre Les Mamelles de Tirésias d’Apollinaire

(il aurait adoré mon néologisme, je n’en doute pas!) :

 

 

« Les étoiles mouraient dans ce beau ciel d’automne

Comme la mémoire s’éteint dans le cerveau

De ces pauvres vieillards qui tentent de se souvenir

Nous étions là mourant de la mort des étoiles

Et sur le front ténébreux aux livides lueurs

Nous ne savions plus que dire avec désespoir

ILS ONT MÊME ASSASSINÉ LES CONSTELLATIONS

Mais une grande voix venue d’un mégaphone

Dont le pavillon sortait

De je ne sais quel unanime poste de commandement

La voix du capitaine inconnu qui nous sauve toujours cria

IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ÉTOILES »

 

Les Mamelles de Tirésias, Guillaume Apollinaire. 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s