Coup de Pub 8 – Sortie de La Tempête des coeurs !

Vous n’êtes jamais au courant de rien ? 
Il vous arrive régulièrement de rater la sortie de romans que vous attendiez tant ? Ou de ne pas faire attention à ceux des nouveaux auteurs ?
Avec les « Coups de Pub », vous aurez toujours un coup d’avance ! 

 

 

Sortie de La Tempête des coeurs

Lauréat « adulte »

du Prix des Tendons du style

Aujourd’hui

14 septembre

Couverture Prix des Tendons du Style de l'Imaginaire Littéraire 2018

 

Après « Une nuit sans fin »,

nouvelle publiée dans le recueil Poussières de temps,

32186773_1678551778902238_4244483769366478848_n

jjjj

kkkkk

et « Métaphoriquement » parue dans le recueil

99 variations façon Queneau,

 

 

 

Voici La Tempête des cœurs…

Couverture Tendons du Style 2018.jpg

 

 

Mini-roman d’anticipation, lauréat « adulte »

COUP DE COEUR

du Centre Méditerranéen de Littérature

 

 

De Mélodie Ambiehl

 

 Aux Editions Fantasy-Editions.RCL

 

 

QUAND TOUT S’ACHÈTE

 

même le bonheur

 

L’AMOUR SE PAIE AU PRIX FORT !

 

Il s’appelait Nathaniel. Elle s’appelait Isallys.

Ils s’aimèrent au premier regard.

Mais c’était sans compter le destin

et ses terribles secrets…

Mais c’était sans compter le futur

et son terrible prix…

 

Nathaniel et Isallys sont voués l’un à l’autre mais…

Leurs sentiments résisteront-ils à la fatalité ?

 

DÉCOUVREZ LA TEMPÊTE DES COEURS

UNE HISTOIRE D’AMOUR À L’ÉPREUVE DU FUTUR…

 

 

Le trailer vidéo ∼

Retrouvez BIENTOT la vidéo trailer de La Tempête des coeurs !

 

La présentation de l’éditeur ∼

 

Une oeuvre racontant un amour moderne et impossible, sublimé par une plume littéraire magnifique, le tout transposé dans un futur proche où la quête de bonheur se transforme au fil des pages en une course-poursuite contre la mort.

fff

Le résumé, l’auteur ∼

2102.

Les livres papier sont interdits.

2128.

On achète le bonheur à tout prix.

À Toulon, Nathaniel est éditeur d’une plateforme numérique ; Isallys est propriétaire des Archives Littéraires conservant les derniers livres papier.

Leur vie est heureuse.

Pourtant, quand ils se rencontrent par hasard au détour d’une rue, leur destin bascule : alors qu’elle aime ses livres plus que tout et que lui a renoncé à l’amour, c’est un véritable coup de foudre qui les réunit.

Mais leur bonheur va se changer en course contre la mort… 

Le prix de leur amour sera-t-il trop élevé ?

 

20180824_145902.jpg

Mélodie Ambiehl

Mon prénom, Mélodie, aurait pu me destiner à la musique. Ce ne fut pas le cas, ou alors à celle des mots. Ce sont les lettres qui ont écrit et continuent d’écrire mon histoire personnelle. Au chapitre présent, j’ai le bonheur d’être professeur de français dans un collège du sud de la France. Et si vous lisez ces lignes, c’est que je suis auteur dorénavant.

À travers les oeuvres des maîtres de l’écriture comme Beckett, Apollinaire, Racine, ou encore Baudelaire, j’ai découvert qu’un texte n’est pas seulement une histoire, mais une alchimie. Un mélange unique entre une précision horlogère, où un mot en trop ou en moins peut faire chavirer un équilibre fragile, et le souffle transcendant de la voix de l’auteur. C’est ce qui me motive en tant qu’écrivain : retranscrire modestement ce magnifique vertige que seuls permettent les beaux textes.

 

Les thèmes ∼

Disparition des livres papier
Essor des livres numériques
Société de consommation
Le bonheur
L’amour
Le prix

20180913_233705.jpg

Le début ∼

En cet instant, si je me tiens devant toi, si je regarde ton visage anonyme, c’est parce que la somme colossale de mes pas m’a mené jusqu’à toi.

 

premieĚrecreěa.png

ddd

Les anecdotes ∼

  1. La Tempête des coeurs est le troisième titre de mon texte, le premier restera secret mais je vous révèle le second : Le Murmure des coeurs.
  2. J’ai écrit tout mon texte en écoutant des musiques en boucle : « Ensemble à jamais » du film La Belle et la bête et l’audition & l’épilogue du film La La Land. Bien sûr, je me relis en silence. Et je relis les phrases une petite cinquantaine de fois pour trouver la partition parfaite.
  3. Mon coup de foudre pour Le Petit Prince de Saint-Exupéry n’a pas eu lieu à ma première rencontre avec le texte, comme tous mes coups de coeur littéraires, j’ai commencé par ne pas aimer enfant, et en les redécouvrant plus tard, mon coeur d’adulte était conquis ! J’ai donc tenté de lire Le Petit Prince en primaire ou début collège, je ne sais plus. Je le lisais seule et je n’ai rien compris à cette histoire de chapeau-éléphant, je n’ai pas aimé le narrateur-aviateur et l’histoire de mouton m’a paru vraiment difficile à avaler. J’ai abandonné ma lecture, dégoûtée du Petit Prince. Je n’y ai jamais retouché… Jusqu’à ce qu’un jour, mon copain me dise : « Quoi ? Tu n’as jamais lu Le Petit Prince ? Mais je le connais par coeur tellement je l’ai écouté en cassette enfant ! ». Plus tard, le jour de mes 23 ans, nous étions dans un café bibliothèque et nous avons trouvé par hasard Le Petit Prince dans les rayons. Il me l’a alors lu, ce fameux soir de mes 23 ans. Et là, j’ai été touchée au coeur, foudroyée. J’avais les larmes aux yeux ! Je me suis dit : mais le petit prince c’est moi ! Il n’a pas pu finir de me lire Le Petit Prince ce soir-là, mais me l’a offert peu de temps après et je l’ai relu, toujours amoureuse. Depuis, je le relis et il ne me quitte pas. Une découverte qui m’a profondément ouvert les yeux et marquée, même adulte. C’est pourquoi je suis persuadée que Le Petit Prince n’est pas destiné aux enfants, mais aux adultes désenchantés, car j’étais désenchantée, et Le Petit Prince m’a réconciliée avec l’enfant que je suis et mes rêves de petite fille. D’ailleurs, ne suis-je pas en train de les réaliser en étant publiée ? Moi qui depuis mes 13 ans rêve de devenir écrivain !
  4. Mon texte correspond à un genre de la SF appelé « l’anticipation ». Ce genre de texte envisage ce que pourrait devenir dans un futur proche notre monde et notre société, souvent dans l’intention de nous mettre en garde. Ce genre est très souvent couplé avec celui de la « dystopie » qui imagine une société qui empêche les individus d’accéder au bonheur.Mon livre La Tempête des coeurs correspond à ces deux genres, même si l’étiquette « dystopie » peut porter à débat puisque la société que j’ai imaginée monnaye le bonheur ! Il s’agit donc d’une dystopie originale qui interroge, qu’on ne peut pas condamner au premier regard. Je voulais éviter les deux poncifs suivants : une société basée sur l’argent est mauvaise et une société aux règles trop strictes est une dictature condamnable. Quand une société totalitaire oeuvre réellement pour notre bien, est-ce un mal ? Et vous, que pensez-vous de mon idée de bonheur qui s’achète ?

lunettes-petit-prince-home.jpeg

ddd

Des extraits ∼

De 2018 à nos jours

 

2098, Hégémonie du légalisme

Après la crise du Grand Malheur, les sociétés adoptent un nouveau modèle politique et économique : le légalisme. Ce système repose sur un principe d’absolue légalité commerciale qui permet à chaque citoyen d’acheter son bonheur. Ainsi, toutes les transactions – relatives aux services, à la propriété intellectuelle, à l’utilisation de données, aux organes, etc. – deviennent pleinement légales. Les lois régissant le légalisme ne sauraient être enfreintes, sous peine de mort.

En quelques mois seulement, le crime et le marché illégal disparaissent.

 

Devise des États légalitaires :

« Le bonheur pour tous, à n’importe quel prix ! »

2102, Décret interdisant le papier

La déforestation progressive de la planète contraint les gouvernements à ratifier un décret interdisant la circulation, la création et l’utilisation du papier. Le décret 129 proscrit ainsi toute publication et rend obligatoire le recyclage des livres et des journaux existants. Dès lors, cinq Archives Littéraires se partagent la responsabilité et l’entretien des derniers exemplaires papiers en France.  

 

layer2.png

 

En cet instant, si je me tiens devant toi, si je regarde ton visage anonyme, c’est parce que la somme colossale de mes pas m’a mené jusqu’à toi.

Pour dérouler ce fil d’Ariane qui m’a conduit au moment où je t’ai bousculée, il faudrait suivre les labyrinthes de ma vie à l’envers. Il faudrait reculer d’une vingtaine de pas, lorsque je descendais l’avenue Rousseau et m’engageais dans la rue Racine sans te voir. Il faudrait revenir dix minutes en arrière, quand je quittais mon appartement 24 rue des Vignes. Il faudrait aller une demi-heure avant, quand, installé dans mon quotidien confortable, je n’imaginais pas l’enchaînement incertain qui allait me donner à toi. Il faudrait retourner vingt-quatre heures avant notre rencontre, quand je me promenais le long du port, rêveur. Il faudrait remonter un an avant, quand je pleurais comme un enfant à cause de Jenn, qui restera toujours mon premier amour. Remonter deux ans avant, quand j’entrais dans l’équipe d’édition de la plateforme « Tout le monde lit, tout le monde écrit » de mon père. Remonter au jour où je découvrais la lecture. Et remonter ainsi le fil tendu de toute mon existence…

 

premieĚrecreěa

 

Comme Ulysse traverse le chant dangereux des sirènes sans céder à leur appel, tu pénètres dans l’enceinte des Archives Littéraires, dépasses sans t’interrompre les livres aux voix anciennes et les étagères aux allures de récifs. À ton passage, l’alphabet glorieux des auteurs, de Jean Anouilh à Émile Zola, dévoile le nom de tous les navires abandonnés depuis la disparition du papier. Leurs titres, échoués là telles des épaves vaincues, attirent tes regards, et, tandis que le silence des mots engloutit le bruit de tes pas, les vestiges des siècles passés renaissent peu à peu devant toi.

Dans un monde où les arbres ont été les victimes muettes d’un génocide, la fin des livres n’est suspendue qu’au sein de ce mausolée…

janko-ferlic-174927-unsplash

ddd

Les musiques écoutées en écrivant ∼

 

Les retours ∼

Avis du blog L’Etrange Librarium – lien vers la chronique BLOG
hhh

« Mélodie Ambiehl nous livre ici un récit d’anticipation sombre et cruel, d’une noirceur éclatante sublimée par son écriture.

Et si Baudelaire avait écrit Roméo et Juliette au 21ème siècle ? »

Pour lire la chronique…

hhh

gg

Avis de la chroniqueuse Dominique Lebel –lien vers la chronique BLOG
fff

« […] le mini roman de Mélodie Ambiehl pourrait passer pour une énième histoire de dystopie, sauf que…

Sauf que c’est bien écrit et justement, il y a ces jolies phrases qui vous dessinent une carte du tendre, avec en toile de fond la rade de Toulon et en bande son la voix du renard de St Exupéry. « Si tu veux un ami, apprivoise-moi ». Sacré Renard, mis à toutes les sauces depuis quelque temps, même dans les mariages.

Sauf que cette préciosité va bien au sujet et rappelle quelques belles pages shakespeariennes : « La rose de l’amour enlace nos lèvres et en moi naît déjà la ronce maudite d’un lien que plus rien ne saurait rompre »

                Sauf que traînent dans cette histoire quelques-unes de nos plus belles œuvres littéraires – Andromaque, Belle du Seigneur…, petites âmes naufragées et comme il est bon de les voir passer.

Seulement l’amour se heurte au destin, dans toutes les bonnes histoires et l’on ne peut pas tout acheter, toujours. Parfois le prix à payer est insupportable.

Lisez ce petit roman, c’est très joli et beaucoup moins innocent qu’il n’y paraît. Et puis vous verrez : en matière de littérature, nous y sommes déjà ! »

ddd

fff
Avis de la chroniqueuse Joëlle Marchal –lien vers la chronique BLOG
fff

« J’ai ADORÉ ce roman, sublimement écrit, émouvant qui incite à réfléchir à l’avenir des livres et celui des lecteurs.

Dans cette merveilleuse histoire il y a un jeune homme qui s’appelle Nathaniel et une jeune fille Isallys. Tout oppose ces deux êtres : lui édite des livres numériques, elle garde précieusement les vieux livres, les classiques aux Archives Littéraires de Toulon. Pourtant l’amour est sur leur chemin mais réussiront-ils à s’aimer pour le meilleur et pour le pire ?

J’ai beaucoup aimé, dans ce livre, les références faites au « Petit Prince » de Saint-Exupéry, classique que j’ai lu dans ma jeunesse et relu maintes fois depuis et qui reste un de mes livres de chevet, ainsi que les coups d’œil aux grands auteurs, tels que Zola, Racine, Flaubert….

Une pépite littéraire que j’ai dégustée avec un plaisir incommensurable, ne pouvant me résoudre à le refermer tant les jolis mots de l’auteure me subjuguaient.

Je vous recommande vivement cet ouvrage qui fût pour moi un véritable COUP DE COEUR et mérite amplement le prix des Tendons du Style de l’Imaginaire Littéraire : Mélodie a beaucoup de talent ! » fff

 ddd

Avis de la chroniqueuse Marie Desmons –lien vers la chronique FB
ggg

« Je referme à l’instant la tempête des coeurs et je suis bouleversée et émue par la plume d’une sensibilité extraordinaire et par la force de cette tragédie shakespearienne.

Souvenez-vous, Roméo et Juliette, leur Amour impossible scellé pour l’éternité. La tempête des coeurs comme la mélodie tantôt douce et poétique, tantôt tumultueuse d’un récit rythmé par la cadence et l’alternance des chapitres : le coeur de Nathaniel puis le coeur de Isallys, l’un répondant à l’autre, de coeur à coeur, liés pour l’éternité. Elle sera sa rose à jamais, il sera son Petit Prince. 

Ce livre est une dystopie (  » récit de fiction qui décrit un monde utopique sombre ») avec en toile de fond une volonté de nous ouvrir les yeux, de parler d’amour à notre coeur d’enfant, de nous interroger sur nos destins, l’importance de nos choix de vies, de ce pour quoi on est prêt à se battre, nos passions, nos valeurs…

Extraits : 
« Comment avais-je pu, quelques minutes plus tôt être absorbé par je ne sais quelle sottise alors que je devais rencontrer tes yeux ? « 

« Quelques pas, qui t’éloignent de moi, se tracent sur la rétine invisible du temps. « 

« Dans un monde où les arbres ont été les victimes muettes d’un génocide, la fin des livres n’est suspendue qu’au sein de ce mausolée. À travers les rangées encombrées de romans et poésies, au fil des oeuvres de Racine, de Flaubert, de Céline, de Beckett, au milieu des couvertures et des titres oubliés, tu finis par apercevoir ma chevelure de muse. Je me retourne, un livre au creux des mains : la Machine infernale de Cocteau. »

« Je sais que tu voulais absolument lire Bahkita, faire la rencontre de cette esclave au destin poétique et de cette auteure aux mots couleurs d’Afrique. »

 

Véritable coup de coeur pour cette plume où l’auteur se livre à coeur ouvert, passionnée et amoureuse des mots, de la littérature et de la mythologie mais aussi de l’Humain, de sa part de lumière et de celle, plus sombre. »

 fff

 

Avis des chroniqueurs Marie-Hélène Fasquel & Thierry Erhart lien vers la chronique BLOG
hhh

« Le titre, à sens multiples, exprime bien ce que le texte présente et représente : une véritable quête au-delà de tout ce qui est possible, la collusion de deux sensibilités, tout simplement une tempête de sentiments.

Ce récit ne se cantonne pas à une simple histoire d’amour entre Isallys et Nathaniel (Références à La lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne ? à Tristan et Iseult ?). Il s’agit également et probablement avant tout d’un plaidoyer pour notre planète et pour la littérature, grâce aux discussions au sujet du Petit Prince, chef d’œuvre s’il en est un !

Nous avons apprécié les métaphores, nombreuses, par exemple la métaphore filée de la musique.

Les références littéraires sont abondantes et enrichissent le sens véritable du récit. Ils font de cette lecture un véritable plaisir : un texte à la fois passionnant, littéraire et instructif ! 

Citons à titre d’exemple :
« Comme Ulysse traverse le chant dangereux des sirènes sans céder à leur appel, tu pénètres dans l’enceinte des Archives Littéraires, dépasses sans t’interrompre les livres aux voix anciennes et des étagères aux allures de récifs. »

Un Roméo et Juliette des temps modernes mais aussi une dystopie qui fait froid dans le dos ! » sddd

ddd

Avis d’un autre auteur : Patrick Joël Manzoni

sss

« On s’attache rapidement aux personnages principaux, au point que j’aurais aimé les « fréquenter » plus longtemps (j’ai lu le livre en un jour, d’une traite). Leur histoire m’a beaucoup ému, surtout la fin…

J’ai aimé également retrouver le système de narration alternative des deux personnages principaux que j’avais découvert dans les deux premiers tomes de la trilogie « Une Pie parmi les Paons », de Madyline Rose, que j’ai lus et corrigés bénévolement.

Pour conclure, je recommande fortement à tout le monde de découvrir cette touchante histoire dès sa publication.»sss

 

Avis d’une lycéenne : Tess

ss

 « Une histoire émouvante, des personnages attachants et un réel questionnement sur le bonheur dans un futur proche, le tout transmis au lecteur avec un style magnifique.

Je recommande La Tempête des cœurs à tous les amateurs de romance et de roman d’anticipation ! »

 

dd

version3

 

Nathaniel et Isallys sortiront-ils indemnes de La Tempête des cœurs ?

Pour le savoir, laissez-vous emporter dans le tourbillon de leur histoire !

 

Couverture Prix des Tendons du Style de l'Imaginaire Littéraire 2018

 

La Tempête decœurs 

de Mélodie Ambiehl…

à acheter sur amazon

ou

sur cultura

 

sortie aujourd’hui 14 septembre

en version papier !

 

Mélodie Ambiehl auteur…

 

 

 

Coup de Pub réalisé par Mélodie Ambiehl
Couverture réalisée par Fantasy-Editions.RCL, images réalisée par SIRAHELLE

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s