Chronique Pressée 11 – Les Embruns du fleuve Rouge

Vous manquez de temps ? Moi aussi ! Alors prenez votre café et lisez la Chronique Pressée du jour en quelques minutes seulement !

 

Avec Les Embruns du fleuve Rouge,

remontez le cours d’un terrible secret !

 

PARTAGÉE

à cause de l’histoire

emoticon

 

Les Embruns du fleuve Rouge

D’Elisabeth Larbre

Chez les Editions Carnets Nord

AEB PHOTO

 

Quatrième de couverture :

ddd

Après avoir beaucoup bourlingué, Léon s’est retiré du monde à la pointe du Finistère. Un soir de tempête, on cogne à sa porte. Il ouvre en grognant – c’est une jeune Asiatique, presqu’inanimée, qui l’appelle par son prénom. Avec Yannie, venue de l’autre bout du monde, Léon découvre l’histoire ténébreuse d’un demi-frère expatrié à Haiphong au Vietnam, d’une descendance, d’un cousinage, d’une autre culture pleine de personnages hauts en couleur, et du lourd silence cachant un affreux secret de famille.

À travers une intrigue pleine de rebondissements, tous les sentiments s’expriment : le mensonge et la violence de Ha-Sinh, le père de Yannie, la honte et la peur de celle-ci, mais aussi l’amour, l’amitié, l’humour. Naît aussi la force d’une attraction irraisonnée, celle de Léon pour ce pays lointain et inconnu…

— littérature contemporaine —

 

 

Mon avis avant Chronique :

 

Il y avait tout pour que j’aime ce roman :

une belle thématique de rencontre, le carrefour orient-occident et une amitié inattendue

SAUF QUE…

l’alliance de scènes très réalistes (explicites ou prosaïques) et de l’immense poésie des descriptions,

le rapprochement trop implicite des deux personnages principaux

et l’alternance narrative avec trop de personnages secondaires

m’ont laissée mitigée.

J’ai aimé certaines choses (le message de la fin, le double sens du titre par rapport à l’histoire, le style poétique et Léon) mais d’autres pas.

 

Si vous aimez la réalité brute, sincère et dite avec force alliée à la douceur poétique de certaines pages, je pense que vous aimerez Les Embruns du fleuve Rouge !

 

 

Chronique Pressée :

 

En un mot :

∼ Comme des ombres 

 

En une phrase :

Une tapisserie de vies qui s’entremêlent au cours d’une rencontre et se défont autour d’un fleuve silencieux que l’on remonte lentement… 

 

Sur le style :

∼ Tout à tour : incisif, crû, prosaïque, implicite, délicat et poétique 

 

 

Quelques mots à retenir : 

« Un décor à vif, mais authentique et pur. Un décor à son image ; pour ne pas l’abandonner.

Personne n’en saurait rien. Personne ne l’avait vue – à part, bien sûr, ce pauvre Pierrick qui n’était plus là…

Mieux, personne ne la connaissait.

Mieux encore : ici, elle n’existait pas ! »

(page 75, Les Embruns du fleuve Rouge, Carnets Nord)

ggg

« Au moment de se coucher, Ru-Su gardait encore au fond de ses pupilles le chatoiement lumineux des petits papiers dorés qui avaient été jetés sur la route derrière le cercueil. »

(page 61, Les Embruns du fleuve Rouge, Carnets Nord)

ggg

« Des pleurs muets, à se vider entièrement. Des sanglots sans le son. Les larmes coulaient et hormis quelques petits reniflements, pas un bruit ne s’échappait de cette toute jeune femme en pleurs.« 

(page 69, Les Embruns du fleuve Rouge, Carnets Nord)

ggg

317670barreseparation

bémol

 

Les scènes explicites m’ont déplu

J’ai trouvé Yannie trop effacée

La rencontre des deux personnages principaux a été trop implicite (pas assez racontée, vécu) à mon goût

Le mélange du style prosaïque et poétique a été abrupt pour moi

 

240_F_45067146_Zjt8iPADrnB7COO2zfrQIZZNiJySaJm0.jpgJ’ai aimé le message de la fin

J’ai apprécié la finesse du double sens du titre

J’ai ADORÉ le style quand il était poétique ! ❤

J’ai trouvé les descriptions époustouflantes, comme si on y était avec ses 5 sens !

Un personnage au destin émouvant : Léon !

 

317670barreseparation

 

 

*** Remerciements ! ***

Je remercie infiniment Elisabeth Larbre de m’avoir envoyé son roman accompagné d’une jolie dédicace !

 

 

Pour acheter Les Embruns du fleuve Rouge,

il suffit de cliquer !

 

 

À votre tasse de café et bonne lecture !

Image les embruns

Laissez-moi vos avis en commentaire !

Avez-vous aimé ma Chronique Pressée ?

La lecture de ce livre ?

Publicités

4 commentaires

    • Je te remercie pour ce beau compliment qui me va droit au coeur ! Oui, je mets un point d’honneur à ne pas décider à la place des lecteurs de ce qu’ils doivent lire 😉 Je me contente d’aiguiller d’après mon ressenti les sensibilités vers les livres qui leur correspendent le plus ou pas d’ailleurs, car parfois on aime être surpris et désarçonnés ! Merci de ta lecture et de ton commentaire Pascal ! ❤

      J'aime

    • Mais oui tu as raison de le lire 😉 En plus, il faut toujours se faire son opinion sur un livre plutôt que de se fier aux chroniques ! Chacun aura sa lecture et sa sensibilité, et en plus comme je l’ai dit, j’ai été conquise par le style poétique, rien que pour ça, le livre mérite d’être lu 😀 Par contre, je serai curieuse d’en avoir ton avis après lecture (même si différent du mien 😉 ) Bisous !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s